mercredi 21 juillet 2010

Weekend sportif 2- ou la dure ascension de Changcheng

Les amis, il est 7h30 et nous embarquons dans le bus, direction la grande muraille. Changcheng de son petit nom chinois se mérite et on aura toute la journée pour le découvrir...

Il fait deja une chaleur de tous les diables. J'ai pris deux bouteilles d'eau et ma crème solaire car le soleil brule littéralement la peau. Nous dormons presque tous dans le bus. Nous sommes réveilles par nos accompagnateurs qui nous disent qu'il y a trop de trafic et que nous devons finir a pieds. Nous voilà donc a marcher au bord de la route a frôler les bus et les camions...je vous avais dit qu'on vivait dangereusement. Mais mei guanxi, on approche de la grande muraille!

Une pause pipi s'impose. Vous allez dire que je suis obsédée par les chiottes, mais c'est vraiment un challenge. Je vais donc avec Zoé dans des espèces de toilettes publiques sur la route. Et la, je crois qu'on a atteint des sommets. L'odeur est insoutenable même pour les chinois. Il faut imaginer l'odeur d'amoniaque de la pisse de chat multipliée par cent. Nous sommes mortes de rire avec Zoé. Mieux vaut en rire.

Passé Cette épreuve et sortis vivants de notre remontée de la route parmi les bus, nous arrivons en bas d'un des tronçons de la grande muraille. Nous choisissons un tronçon qui semble abordable en deux heures....et commençons l'ascension.

A ce moment du récit un point sur la situation s'impose:

- il y a peu de blancs, et beaucoup de touristes chinois. Nous sommes donc agrippés par les chinois touristes en question pour faire des photos avec eux. On est un peu les mickeys de leur Disneyland. Du coup, je suis sur dix appareil photos. Certains sont plus vicieux et nous prennent en photo en douce....

- il fait très beau. Ciel bleu et surtout très chaud. Le ressenti au moment de la grimpette est de 40 degrés. Il fait donc mega chaud.

L'ascension est particulièrement dure car les escaliers sont très abrupts et la hauteur des marches irreguliere. Nous procédons donc par pallier. On crache nos poumons, on perd des litres d'eau, on utilise même nos parapluies comme parasol tellement le soleil brule. Mais on y est, on est sur la grande muraille de Chine. La sensation est hallucinante.





On ressent un vrai sentiment de lointain. C'est certain ce n'est plus l'Europe, c'est la Chine, ce pays étrange et loin. On est sur un monument vieux, célèbre, construit a la force des bras. C'est immense, la vue entre les montagnes est magique. On a envie d'y rester pour toujours. Bref, complètement dingue!

On croise un groupe d'apprentis soldats. Ils veulent faire une photo avec moi. Je me prête au jeu. Puis je donne mon appareil a un pote et appelle tous les autres soldats. Nous posons tous ensemble et comptons ensemble yi, er, san, smile!! Photo magique prise au bout d'un des tronçons de la grande muraille aprees une heure et Demi de grimpette!


Living the dream my friends, living the dream!

- Nomad post from my iPad

0 Bavardages:

Enregistrer un commentaire

Socialite 2.0

Vous avez perdu quelque chose?